ESPACE PRESSE

Retrouvez ici les communications du SNESE faites à la presse.


Les communiqués récents


CRISE DES CIRCUITS IMPRIMES

LES EFFETS ATTENDUS

LES MESURES A PRENDRE

communiqué du mardi 7 février 2017

Le SNESE a été informé par ses adhérents, au cours du quatrième trimestre 2016, de l’apparition de difficultés dans la fourniture des circuits imprimés (PCB), composants essentiels de la fabrication des cartes et système électroniques.

 Après investigation auprès des fournisseurs, nous avons identifié les principales causes de ces difficultés qui laissent penser qu’une véritable crise, très certainement de portée mondiale, va durablement affecter l’industrie électronique. Cette crise, qui aujourd’hui perturbe la fabrication des composants à base de cuivre pourrait également s’étendre à d’autre matériaux critiques.

Le SNESE s’étonne que cette crise, qui révèle une nouvelle fois la très forte dépendance (10% seulement des composants utilisés pour fabriquer une carte ou un système électronique sont d’origine européenne) de l’industrie française et européenne, ne soit pas mobilisatrice, autant dans l’amont de la fabrication (les fournisseurs) que dans l’aval (les secteurs clients).

Le SNESE, qui a été reçu par la Direction Générale des Entreprises du Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie s'engage à participer à des actions allant au-delà des déclarations de bonnes intentions. Le SNESE a proposé à la DGE de superviser des travaux de veille et de monitoring dans la poursuite des travaux déjà menés par le SNESE comme l'enquête du mois de janvier 2017

lire et télécharger l'intégral :


OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DE LA FABRICATION ELECTRONIQUE

SITUATION AU 2ème TRIMESTRE 2016

les indicateurs

indice de confiance : 5.06/10 (T2 2015 = 5.36 )
variation  de l’indice CA :  1.81 %  (+)
variation  de l’effectif : 3.80 % (+)
indice de l'évolution du carnet de commande :  0.20 (=)
indice des perspectives d’investissement : 0.60 (+)

le point de vue du SNESE

Légère reprise, mais le marasme persiste pour les petites entreprises.
Après deux trimestres déprimants, la sous-traitance électronique retrouve des couleurs, sans toutefois atteindre le plus haut de 2015. La dépression s’installe pour les entreprises de moins de 100 personnes.
Ce léger mieux global ne redonne pas confiance, l’indice s’évanouit.
C’est toujours le manque de visibilité, tant du côté des clients que du côté des fournisseurs de composants qui inquiète les entreprises.
Les perspectives d’investissement repartent à la hausse, poussées par la recherche de moyens permettant d’améliorer la réactivité et l’efficacité opérationnelle.

  L'observatoire économique : l'intégrale (format .pdf)


autres communiqués


OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DE LA FABRICATION ELECTRONIQUE

SITUATION AU 2ème TRIMESTRE 2015

les indicateurs

indice de confiance : 5.36/10 (T1 2015 = 5.41 )
variation  de l’indice CA :  2.28 %  (+)
variation  de l’effectif : 2.35 % (+)
indice de l'évolution du carnet de commande : - 0.24 (+)
indice des perspectives d’investissement : 0.48 (-)

le point de vue du SNESE

CROISSANCE DE L'ACTIVITE DANS LA SOUFFRANCE

La persistance de l’autisme des clients en matière de prévisions et la conséquence néfaste attendue sur les marges, provoquée par la baisse de l’euro affectent la confiance pour les mois à venir.

Malgré l’attractivité du dispositif Macron du sur-amortissement, les entreprises temporisent en matière d’investissement, dans un contexte d’atonie de l’offre en matière d’équipements de production.

La poursuite de la croissance du chiffre d’affaires (dans la tendance des prévisions de New venture Research qui annonce une croissance moyenne 6.2% pour le marché mondial de la sous-traitance électronique), toutefois affectée par la faible productivité du mois de mai, a un effet positif sur la croissance des effectifs. Cela ne doit pas masquer les craintes pour l’avenir, qui seraient rapidement occultées si les clients faisaient preuve de réalisme en faisant l’effort de mieux planifier leurs besoins.

 L'observatoire économique : l'intégrale(format .pdf)


 

L'ENSEIGNEMENT DE L'ELECTRONIQUE EN PERDITION ou la chronique d'une mort annoncée

communique du 17 mars 2014

L’électronique et le numérique sont partout et sont les clefs de voute de notre innovation et de toute notre stratégie industrielle nationale. L’électronique et le numérique se fabriquent et considérant l’évolution des techniques et des technologies, il n’est plus imaginable de penser inventer et concevoir un produit électronique et numérique sans savoir comment il sera fabriqué. Or dans cet environnement, sources de compétitivité et d’innovation, il apparaît que l’électronique et le numérique ne sont plus enseignés en France...

télécharger le communique depresse de APIE - Agir pour l'Industrie Electronique


LINKY - LES FABRICANTS FRANCAIS D'ELECTRONIQUE S'ENGAGENT A 100 %

Communiqué du 15 juillet 2013

200 entreprises françaises qui fabriquent des cartes et systèmes électroniques, réunies par le SNESE leur syndicat professionnel proposent un défi au Premier Ministre qui a annoncé que 62 à 80% des compteurs Linky pouvaient être fabriqués en France.

Les fabricants français d’électronique peuvent fabriquer 100% des compteurs Linky annonce Michel de Nonancourt, le Président du SNESE...

Télécharger le communiqué de presse 


Michel de NONANCOURT (Villelec) RECONDUIT A LA PRESIDENCE DU SNESE

Communiqué du mardi 25 juin 2013

Michel de Nonancourt (Villelec), a été reconduit pour deux ans à la présidence du Syndicat National des Entreprises de Sous-traitance Électronique – les fabricants d’électronique.

Michel de Nonancourt, associé de Villelec (67 Villé) souhaite voir se renforcer le rôle moteur joué par les fabricants d’électronique dans une industrie aujourd’hui en phase de reconnaissance.

« L’électronique est omniprésente et sera le support incontournable des grandes évolutions à venir dans tous les domaines de notre vie quotidienne, il est donc normal que les entreprises de production des cartes et systèmes électroniques qui participent à cet essor soient reconnues à leur juste valeur et qu’elles puissent pleinement valoriser leurs multiples compétences» explique le nouveau Président.

Épaulé par un Comité Directeur renouvelé, Michel de Nonancourt mettra en œuvre la stratégie présentée lors de l’Assemblée Générale du 23 avril axée sur le renforcement de la compétitivité des adhérents du SNESE, la défense de leurs droits et le développement du partage de l’information. Cette stratégie vise aussi à développer les relations interprofessionnelles et institutionnelles.

Michel de Nonancourt, 66 ans, est diplômé ESCP et titulaire d’un DESS de gestion. Après 16 ans de carrière au sein du groupe bancaire CIC et 11 ans dans le groupe Laurent-Perrier (directeur général et membre du directoire) il rejoint le groupe SMV International, fabricant français de gamma-caméras, n°3 mondial avant la cession à General Electric. Il occupe ensuite le poste de secrétaire général du groupe GRME et créé Thurmelec (2004), Thurconnect Systems (2006), Villelec (2007) Cartelec en 2008 et Thurmed en 2009. Il est administrateur de la FIEEC et du F2I.

Membre fondateur de APIE – le groupe Agir pour l’Industrie Electronique constitué des six syndicats de la branche électronique de la FIEEC, il représente le SNESE au Pacte PME et au CENAST. Michel de Nonancourt représente également la FIEEC au COMEX de la Médiation Interentreprises et à la Médiation des Marchés publics.

Lire le communiqué intégral (format .pdf)

 


LA SOUS-TRAITANCE ELECTRONIQUE OCCUPE UNE PLACE STRATEGIQUE DANS LA PRODUCTION DE BIENS COMPLEXES

communiqué du jeudi 2 mai 2013

Le 23 avril 2013, lors de son Assemblée Générale, le SNESE – Syndicat National des Entreprises de sous-traitance Electronique, a annoncé pour l’année 2012 une progression de 7 % de l’activité du secteur. Malgré un contexte économique difficile, la sous-traitance électronique française enregistre ainsi une progression constante de son activité depuis 2006...

MAITRISER LES COUTS DE STRUCTURE

Engagées dans le grand match de la compétitivité à l’échelle planétaire les entreprises françaises de sous-traitance électronique continuent leur quête des gains de productivité.
Nos entreprises doivent améliorer leurs marges. Elles sont trop faibles aujourd’hui à déclaré Michel de Nonancourt le Président du SNESE (Villelec – 67).
Pour aider les entreprises dans cette démarche, le SNESE a présenté un dispositif d’accompagnement ...

TROIS ENTREPRISES FRANCAISES A L'HONNEUR

Le SNESE a honoré trois de ses membres présents dans le Top 50 mondial des entreprises de sous-traitance électronique. ASTEELFLASH, EOLANE et LACROIX ELECTRONICS sont en effet les seules entreprises françaises figurant dans le classement établi par MMi – le cabinet d’étude basé aux USA, référence incontestée dans l’analyse de l’industrie électronique mondiale ...

Lire le communiqué de presse (format .pdf)

 


AGIR POUR L'INDUSTRIE ELECTRONIQUE

conférence l'Industrie Electronique au coeur de toutes les innovations

Paris - la Mutualité - 23 avril 2013

 

Dossier de presse - synthèse

les actes de la conférence

  • Les marchés - Gérard Mathéron (SITELESC)
  • Innovation et R&D - Benoît Neel (SIMTEC)
  • Produire en France - Michel de Nonancourt (SNESE)
  • Les métiers - Pierre-Jean Albrieux (GFIE)
  • La chaine logisitique - François Kurek (SPDEI)
  • International - Jean-Pierre Quémard (GIXEL)
  • Visionner les temps forts de la conférence

  • regarder la vidéo
    réalisation Electronique Mag - les éditions Alain Milard

  • Visionner les photos libres de droit

        
    PIERRE GATTAZ

  •     
    GERARD MATHERON
     

  •     
    BENOIT NEEL
     

  •     
    Michel de NONANCOURT
     

  •     
    PJ ALBRIEUX
     

  •     
    FRANCOIS KUREK

  •     
    JP QUEMARD 2

  •     
    APIE CONFERENCE 1

  •     
    APIE CONF 2

  • pour recevoir vos photos, cliquez sur ce lien et indiquer votre choix
    Mention obligatoire : © JP Isnard – Paris 23 avril 2013

Contact presse (compléments d’information, photos, etc.)

Richard Crétier – délégué général du SNESE 02 98 95 17 20 (06 84 80 12 46) 


 

REINVENTER NOTRE INDUSTRIE : LE ROLE ESSENTIEL DES ACHATS

télécharger le communiqué du 13 mars 2012


  

ACHATS DE COMPOSANTS ELECTRONIQUES

LA SOUS-TRAITANCE AU BORD DE L'ASPHIXIE

La diminution des capacités de production des fabricants de composants provoque un allongement des délais de livraison et la raréfaction de certaines pièces. La réduction du cycle de vie des produits et l’évolution technologique très rapide des composants (par exemple, le cycle de vie d’une gamme d’ordinateur a été divisé par 8 entre 1997 et 2008) augmente le risque d’obsolescence des composants. Mais surtout le refus des clients de prendre leur part de risque dans l’achat des composants spécifiques conduit d’une façon inéluctable les fabricants d’électronique vers l’asphyxie. Ils doivent en effet commander et payer des composants sans avoir la certitude qu’ils seront achetés par les clients et gérer des stocks pléthoriques.

lire/télécharger le communiqué
télécharger le communiqué au format.doc

La qualité des composants et les contrefaçons.

Plusieurs témoignages font état d'une détérioration de la qualité des composants et d'une recrudescence des contrefaçons.
Cela mérite donc une meilleure connaissance de ces phénomènes, afin que le SNESE puisse envisager des mesures d'accompagnement adaptées. La première de ces mesures serait d'entrer en contact avec les instances professionnelles représentatives des fournisseurs concernés et d’envisager des actions communes afin d’en diminuer l’impact.

Merci donc de bien vouloir répondre à cette
enquête qui vous prendra quelques minutes seulement. L’anonymat est total, sauf si vous souhaitez avoir connaissance des résultats brut de l’analyse, avant diffusion.
Répondre à l'enquête

les archives

© SNESE | Mentions légales | Webmaster | Créé par 2exVia avec MasterEdit ®